Stop à la violence à l'égard des femmes: déclaration de la Commission européenne et du haut représentant

25-11-2021
EU
EU
Copyright: ©European Union

Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, qui aura lieu le 25 novembre, la Commission européenne et le haut représentant/vice-président, M. Josep Borrell, ont fait la déclaration suivante:

«La violence à l'égard des femmes et des filles est une forme répandue de violation des droits de l'homme.

En Europe, une femme sur trois, âgée de 15 ans ou plus, déclare avoir subi une forme de violence physique et/ou sexuelle. Une femme sur dix indique avoir été victime d'une forme de violence sexuelle, et une sur vingt avoir été violée. Un peu plus d'une femme sur cinq a subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d'un ancien compagnon ou de son compagnon actuel, tandis que 43 % des femmes ont été victimes, dans le cadre d'une relation amoureuse, de maltraitance psychologique et/ou de comportements dominateurs.

La violence domestique était une «pandémie fantôme» avant même l'apparition de la COVID-19. Les cas de violence domestique ont augmenté au cours de la pandémie de COVID-19, attirant l'attention de tous sur le fait que, pour beaucoup de femmes et de filles, la maison n'est pas un lieu sûr. L'ampleur du problème demeure alarmante. Une vision de l'Europe où les femmes et les hommes, les filles et les garçons, dans toute leur diversité, peuvent vivre sans subir de violences et de stéréotypes, et ont la possibilité de réussir et d'entreprendre: tel est le fondement de la stratégie en faveur de l'égalité entre les hommes et les femmes 2020-2025.

La violence sexiste en ligne se répand rapidement. Toutes les femmes sont confrontées à un phénomène relativement nouveau, bien que les femmes présentes dans la vie publique, telles que les journalistes et les responsables politiques, subissent souvent de manière disproportionnée la violence sexiste en ligne. Cette situation peut avoir une incidence sur la prise de décision démocratique, car ces femmes n'osent pas exprimer des opinions politiques par crainte d'être la cible de violences en ligne.

[...]  Nous poursuivrons l'initiative «Spotlight» de l'Union européenne et des Nations unies, qui a aidé et protégé 650 000 femmes et filles et a prévenu les violences à leur égard, a offert une éducation à 880 000 hommes et garçons sur les thèmes de la masculinité positive, de la résolution non violente des conflits et de la parentalité, et a contribué à la mise en place ou au renforcement de 84 lois et politiques nationales visant à lutter contre la violence sexiste.

Nous intensifions notre action et appelons au maintien de l'engagement et de la coopération.

Faisons en sorte que toutes les femmes et toutes les filles soient en sécurité en Europe et dans le reste du monde.»

Pour plus d'informations

Déclaration complète